langue : USA-UK Français Japanese Espana China

FAQ / Questions Fréquement Posées

1 - Pourquoi dois-je me préparer à l’opération, le résultat sera t’il moins bon si je ne me prépare pas ?

Effectivement la préparation permet aux muscles, au tendons, et à l’organisme de se conditionner pour accepter le choc opératoire. Comme pour tout examen de fac, pour le marathon de New York ou l’ascension de l’Himalaya, une préparation est nécessaire pour éviter de graves problèmes et mieux vivre l’épreuve. Si on ne prépare’ pas l’organisme, les risques sont bien évidemment bien supérieurs et peuvent conduire à de graves complications, voire des séquelles (n’y a-t’il pas des risques de gelures en altitude et ne doit-on pas l’anticiper ?)

2 - Qu’entends-on par préparation préopératoire, car je fais du sport et je me considère comme déjà préparé ?

La préparation pour un allongement est similaire à celle des professionnels pour les Jeux Olympiques. On ne peut se considérer comme préparé, en faisant du sport occasionnel même intensif. Il faut conditionner votre corps d’une manière quasi-professionnelle pour éviter les risques de complications, surtout graves.

3 - On m’a proposé un fixateur externe. Puis-je bénéficier d’un clou ?

Bien évidemment, pour un os long (fémur, tibia et humérus), il y a très peu de cas où le clou n’est pas indiqué en remplacement d’un fixateur externe, du moment que l’expérience du professionnelle est suffisante, comme dans l’équipe du Dr Guichet.

4 - On m’a dit que mon os n’est pas assez gros, qu’un défaut d’axe, ou que mes antécédents empêchent d’utiliser un clou et qu’un fixateur externe est nécessaire : est-ce exact ?

Il y a très peu de cas qui ne peuvent pas bénéficier du clou et la plupart des contre-indications pour certaines équipes ne sont pas des contre-indications dans des équipes plus expérimentées : tout dépend de l’expérience, et à ce niveau, celle de l’inventeur du clou d’allongement vaut la peine qu’on lui demande son avis.

5 - Combien de temps dois-je me préparer à l’opération ?

Cela dépend de votre condition initiale (vérifiée par la consultation d’évaluation initiale), du gain que vous souhaitez et du temps que vous voulez passer à récupérer fonctionnellement après l’opération : si vous voulez gagner plus et récupérer plus vite, il faudra travailler plus avant l’opération…

6 - Je veux 10 cm de gain. Puis-je être opéré maintenant ?

Le gain dépend du conditionnement de votre organisme et de sa tolérance. Votre volonté ne peut rien contre ce que votre organisme peut tolérer. L’examen initial permet de savoir combien votre organisme peut tolérer en cm. Si votre organisme peut tolérer 5 cm de gain, mais que vous vouliez plus, il faudra vous préparer bien, souvent avec du temps, et l’allongement de 10 cm sera à planifier quand votre organisme pourra tolérer 10 cm, probablement … pas maintenant ! sauf condition exceptionnelle (danseur professionnel, etc.). Si vous voulez l’opération… maintenant, il faudra vous contenter de ce que votre organisme peut tolérer (avant complications et séquelles) et qui sera évalué par la consultation initiale d’évaluation.

7 - Je ne veux pas venir en consultation d’évaluation, car je n’en ai pas besoin, ou alors juste avant l’opération. Peut-on fixer une date opératoire ?

Il n’est pas raisonnable de ne pas avoir l’évaluation suffisamment avant l’opération pour vous préparer et éviter les complications : c’est comme sauter d’un avion en vol sans parachute…

8 - Je ne suis pas encore venu vous voir en consultation, mais combien puis-je gagner de cm sans risque ?

Cela dépend de votre organisme qui doit être évalué. Certains plafonnent à 5 cm de gain, d’autres peuvent aller à 9 ou 10 cm, tous ne terminent pas la course en même temps ni aussi bien... La moyenne des gains en esthétique est de 68 mm (115 cas).

9 - Combien de temps prendra l’allongement ? Combien de temps dois-je rester sur Marseille ?

Il faut compter 1 jour par mm. Les principaux risques sont pendant la période d’allongement. Il est donc judicieux et souhaitable pour éviter tout risque, de rester toute la période d’allongement à Marseille. Cela n’est pas valable que pour les patients du Dr Guichet, mais pour tout chirurgien, dans le cadre d’un allongement, et un opinion contraire ne serait pas honnête vis-à-vis du patient.

10 – Je veux l’allongement mais maintenant, et tout boucler par Internet, comme avec les autres chirurgiens dans le monde. Est-ce bien ?

NON. Une intervention maintenant, sans préparation, vous expose à des risques importants, notamment de séquelles. Votre organisme vous a permis de gagner 6 cm au niveau des fémurs en près de 5 ans pendant l’adolescence où beaucoup d’enfants ont des douleurs de croissance. La chirurgie permet de gagner ces 6 cm en 2 mois, soit 30 fois plus rapidement ! Le choc pour l’organisme est très violent, c’est comme faire exploser une bombe atomique dans une cocotte minute… mais il ne faut pas pour autant prendre le risque de faire la course de Formule 1 sans avoir préparé sa voiture, c’est courir au crash… Un chirurgien plus préoccupé par boucler une nouvelle intervention fait plus acte de marketing que de sérieux vis-à-vis du patient et des risques encourus. Le patient doit être conscient des risques et mettre toutes les cartes de son côté pour réussir son allongement. Il devra donc faire tout ce qu’il faut pour éviter des complications, donc faire en premier une évaluation, puis une préparation: il vous faudra ainsi ‘Gagner’ votre allongement !

11 – E-mail très fréquent d’un patient : Combien cela coût un allongement (sans préciser l’indication, s’il s’agit d’une ou des 2 jambes, des fémurs ou tibias, du gain escompté, des prestations souhaitées, etc.) ?

Le coût varie en fonction de ce que l’on veut et des prestations choisies. L’évaluation permettra de voir s’il s’agit d’un ou de deux os, du gain (donc de la durée potentielle), des prestations souhaitées (préparateur physique 5 h/j x 6 jours/7 ou moins, catégorie d’hôtel, taux de change pour ceux qui veulent le coût en monnaie locale, par ex. Dollars, etc.). Un devis précis avec les options sera élaboré. On peut économiser sur tout, notamment sur le coaching post-opératoire, par exemple en considérant qu’on peut se débrouiller tout seul en post-opératoire, mais cela expose à des risques dont le patient doit être pleinement conscient et qu’il doit assumer. Il vaut mieux toujours prévoir plus, même si on dépense moins, et garder l’excédent… pour les prochaines vacances !

12 – Je mesure 1.49 m (femme ) ou 1.54 m (homme). La sécurité sociale (CPAM) peut-elle prendre en charge l’opération ?

NON. Le cadre d’une prise en charge sécurité sociale est très précis : nanisme officiel (achondroplasie, syndrome de Turner, etc.) ou inégalité (>2.5 cm post-traumatique, > 3cm en congénital). En dehors de cela tout est esthétique. En cas de contrôle sécu (il y en a beaucoup actuellement) vous vous exposez à rembourser non seulement la sécu, mais en plus de verser une pénalité de 15000 Euros (escroquerie à la sécu).

13 – Un chirurgien m’a proposé de faire passer sur la sécu une jambe puis l’autre. Pouvez-vous le faire ?

NON. Le cadre d’une prise en charge sécurité sociale est très précis : nanisme officiel (achondroplasie, syndrome de Turner, etc.) ou inégalité (>2.5 cm post-traumatique, > 3cm en congénital). En dehors de cela tout est esthétique. En cas de contrôle sécu (il y en a beaucoup actuellement) vous vous exposez à rembourser non seulement la sécu, mais en plus de verser une pénalité de 15000 Euros (escroquerie à la sécu).

14 – On m’a dit qu’une opération des deux jambes à la fois était trop lourde et qu’il valait mieux faire les deux jambes séparément. Est-ce exact ?

NON. Une opération jambes séparées nécessite le double d’intervention (il n’y en a que 2 à 3 en temps normal quand on fait les 2 jambes à la fois). Sauf si vous aimez passer sur la table d’opération, avoir les douleurs post-opératoires et deux fois une longue période de rééducation… cela n’a aucun intérêt… sauf en cas de Savoir-Faire chirurgical insuffisant et de maîtrise opératoire insuffisante (défaut de maîtrise des perte sanguine, etc.). Séparer les opérations des deux côtés n’a aucune raison scientifique en cas de maîtrise du geste opératoire et péri-opératoire. Des études américaines sur les opérations bilatérales montrent que le risque cumulé de deux opérations séparées est de 1+1=2, alors que celui de 2 opérations en une fois n’est que de 1.6 ! Voulez-vous courir plus de risques et avoir plus mal?

15 – Allez-vous m’opérer et me suivre vous-même?

Le Dr Guichet, inventeur de la technique du clou d’allongement, opère toujours lui-même ses patients, contrairement à certains autres chirurgiens. Il suit également lui-même tous ses patients en post-opératoire, car c’est le meilleur moyen pour diminuer ou supprimer les risques de complications : en effet, il a bien plus d’expérience qu’un assistant jeune ou qu’un chirurgien qui fait peu d’allongements par lui-même. Cela évite par là-même que la responsabilité du traitement se dilue et se perde par la multiplicité des médecins et opérateurs. On diminue les risques en diminuant les intervenants ! Cela ne signifie pas que l’équipe est réduite, car la multidisciplinarité permet d’augmenter les compétences (préparateur physique, anesthésistes qui suit le patient du début à la fin, etc.). Se faire opérer par l’inventeur, c’est une garantie résultat avec le minimum de risques : c’est un peu comme se faire habiller par Yves-Saint-Laurent ou Lagerfeld lui-même, ou se faire coiffer par Jean-Louis David lui-même ! Le docteur Guichet se rend disponible à tout moment en cas de besoin pour ses patients, comme l’attestent les témoignages de ses patients.

16 – J’ai trouvé un chirurgien qui n’a pas utilisé votre technique mais qui est prêt à le faire pour moi. Où peut-on se procurer les implants ?

Ce raisonnement semble logique mais témoigne d’une immaturité complète. En effet, même dans des mains expérimentées, il est parfois difficile de faire toujours bien. Par contre, c’est excessivement dangereux de se faire opérer par un chirurgien sans expérience dans un domaine si pointu et difficile que les allongements. Le risque sur sa propre santé ne vaut pas la fausse sécurité d’être proche de chez soi.

17 – Où puis-je me faire opérer par votre technique à côté de chez moi ? Connaissez-vous un chirurgien près de chez moi qui emploie votre technique ?

Sauf exception, où un collègue expérimenté formé par le Dr. Guichet est proche de votre domicile, il est imprudant de se faire opérer par un chirurgien sans expérience importante dans ce domaine d’allongement par clous. Confier sa santé à un chirurgien qui fait 1 à 3 allongement par clou tous les 1 ou 2 ans, voire moins, expose à des risques très important. Les consignes éthiques (déontologiques) sont simples : les opérations pointues ne doivent se faire que dans des équipes rompues à ces techniques et à leurs complications, ce qui nécessite plusieurs dizaines de cas par an. Se faire opérer par l’inventeur d’une technique qui a une grande expérience est une garantie de résultat avec un minimum de risques, et cela est valable dans beaucoup de domaines.